Archive for août 2007

Lutte contre la malaria.

août 2, 2007

Les Rotariens de Luxembourg et de France mettent en oeuvre le DDT dans la lutte contre la malaria.

 

Tous les ans, 3 millions d’enfants meurent du paludisme et des centaines de millions d’autres tombent gravement malades. L’impact sur leur scolarisation est des plus néfastes et toute l’économie de plusieurs pays du Sud est paralysés par ce fléau.

 

Pour qui a vu des enfants malades de la malaria en Afrique ou en Amérique du Sud la nouvelle qui est tombée sur nos écrans ce 16 septembre est presque incroyable. Dans la lutte contre le paludisme l’OMS recommande l’utilisation du DDT pour la fumigation des habitations. Quelques grammes pulvérisés 2 fois par an sur les murs agissent comme « rappel », les moustiques n’entrent pas et ceux qui entrent par malchance et se déposent sur les murs n’ont aucune chance de survie.

 

L’ONG « Iwerliewen fir bedreete Volleker » se bat depuis des années contre ce qu’elle appelle l’obscurantisme dogmatique de l’interdiction du DDT. Certains articles publiés à ce sujet peuvent etre retrouvés sur www.mitosyfraudes.org. La fiche technique du produit (Material Safety Data Sheet) dit d’ailleurs que chez les personnes qui ont fabriqué ou utilisé le produit pendant des années pas la moindre séquelle sur leur santé n’a pu être observée. Des amis médecins nous signalent meme que le DDD qui est très proche du DDT est utilisé dans le traitement des cancers de la surrénale.

 

Notre ONG propage également la culture de l’Artemisia annua (variété d’armoise en provenance de Chine) à travers des projets pilote au Pérou, en Colombie et au Cameroun. La tisane de cette plante prise pendant 5 jours guérit complètement de la malaria. Ceci se base sur des résultats à large échelle confirmés récemment par des médecins belges au Congo. Nous memes avons envoyé des feuilles séchées en provenance de nos jardins au Cameroun. Et des gens ont été guérit en trois jours. On nous harcèle pour avoir plus de notre tisane miracle.

 

Le DDT est préventif, l’Artemisia est curative. Les deux ensemble sont donc pour les familles pauvres africaines une bouée de survie, presque gratuite.

 

Les pays tels que l’Afrique du Sud qui utilisent le DDT dans la lutte contre la malaria depuis que la Convention de Stockholm l’a permis il y a 5 ans ont pu réduire le nombre de morts de 90%. Meme le WWF et Greenpeace recommandent maintenant l’usage du DDT dans les habitations. Un génocide de 50 millions de morts inutiles depuis l’interdiction commerciale du DDT il y a 30 ans fait chanceler des dogmes.

 

Avec un euro on peut sauver 10 vies ! Faites-le !

 

Pierre Lutgen

Publicités

Rapport de voyage de suivi du 5 au 11 janvier 2007 au Cameroun

août 2, 2007

Le but essentiel de ce voyage était d’établir des contacts avec les autorités locales, de renforcer ces contacts afin d’obtenir d’eux un soutien actif de notre projet ifbv2006/002 de lutte contre la malaria et l’assainissement des eaux par la méthode SODIS.

 

Les personnes suivantes ont été rencontrées:

 

– Janvier OUM ELOMA, Chef de division, Ministère de la Planification, Division d’Appui au Développementsaa1300.jpg Régional et Local. Monsieur Oum Eloma est ingénieur Agro-économiste, ancien de l’Université catholique de Louvain. joumeloma@yahoo.fr

 

Samuel ESSOUNGOU NDEMBA, Docteur Vétérinaire, Rotarien de Yaounde, Président de l’Ordre des Vétérinaires et Président de l’Association pour la Défense des Consommateurs. a.p.d.c@caramail.com

 

Mr Dickens D.PRISO, Professeur de l’Université de Yaounde. didapriso@yahoo.fr

 

Jean-Marie NGA NOAH, Président de l’Association NKul Nnam, ainsi que pendant une après-midi entière 20 membres de cette association. Elle regroupe des habitants de Yaounde originaire de Sa’a, village et région où le projet sera réalisé. Son objectif principal est d’apporter leur soutien aux personnes restées au pays. jm.noah@yahoo.fr (Rappelons que Yannick Noah est de la même région).

 

– Samson BILAGNA, Inspecteur de Douane, Direction de Douane, en vue de faciliter l’importation d’équipements et de DDT.

 

– Benoît AVOULA, Maire de Sa’a.

 

– Une réunion a également eu lieu au village de Sa’a dont est originaire Jean NKE, coordinateur du projet et doctorand à l’UCL. Les représentants de l’Association ENGAD des jeunes nous ont impressionnés par leur compétences et leur intérêts. La méthode SODIS a été démontrée au groupe de jeunes.

 

Mathias OFON, ancien haut fonctionnaire et président du parti d’opposition, président du Rotary Club de Bamenda à 600 km de Yaounde est spécialement venu nous rendre visite, mtofon@yahoo.com. Il nous a appris que la culture de l’Artemisia annua se fait déjà avec succès dans sa région depuis une année et il nous a amenés les détails de ce projet. Le climat du Cameroun serait idéal pour la culture de l’Artemisia annua.

 

– Léger NTIGA ntigafr@gmal.com, Directeur du journal Mutations et qui a organisé pour nous une conférence de presse le dernier jour à Douala avec la télévision et les journalistes suivants:

 

  1. Louis Blaise ONGOLO de la Nouvelle Expression
  2. Achille ASSAKO, Sweet FM et Canal 2 Int
  3. ELPACHO du journal Le Popoli
  4. Benjamin LISSOM de Cameroun Tribune
  5. Yvonne Leina FAMUSO, Sandra KUOU ISEDOU et Ringo de Equinoxe Télévision

Toutes les personnes rencontrées ont montré un intérêt enthousiaste pour ce projet et s’engagent personnellement à en faire une réussite et à propager ces techniques ARTEMISIA, DDT et SODIS. Ce n’est pas difficile à comprendre quand on voit de ses propres yeux les ravages causés par la diarrhée et le paludisme. Et nous revenons outrés du manque d’intérêt montré en Europe pour ces maladies faciles à guérir (focalisée qu’elle est sur des hystéries à répétition comme l’anthrax, la vache folle ou la grippe aviaire). L’interdiction irresponsable du DDT parfaitement anodin pour la santé humaine et l’environnement apparaît aux yeux des Africains comme génocide honteux et criminel de 100 millions de personnes en 35 ans, organisé par les sociétés pharmaceutiques avec l’aide de fondamentalistes verts.

 

Nous avons logé pendant notre séjour au Monastère des Bénédictins au Mont Fébé, lieu que nous recommandons pour mille raisons à tout prochain visiteur qui voudrait nous aider dans ce projet. Nous étions accompagnés par Mr Mathis Maquet, président du Conseil d’administration de ELCO-Luxembourg et qui a de bonnes connaissances de l’Afrique.

 

Nous revenons impressionnés par les compétences professionnelles des personnes rencontrées et leur amitié chaleureuse et spontanée.

 

Pierre Lutgen

 

10 rue Kommes, L-6988 Hostert t?l:00352348134 fax:00352348135

 

lutgenp@gms.lu

Quand les PME grand-ducales s’impliquent dans la RSE

août 2, 2007

Au cours des deux dernières décennies les entreprises ont été confrontées à une pression concurrentielle qui a fait que beaucoup d’entre elles ont mis en œuvre des systèmes de gestion de la qualité ISO 9000. Au fil des ans se sont greffés sur ces systèmes de gestion l’environnement (ISO 14000) et la sécurité (OHSAS 18000).

 

 

 

Aujourd’hui un des effets heureux de la mondialisation est une pression de plus en plus grande à prendre en compte également les aspects sociaux tels qu’ils sont définis entre autres par les prescriptions de l’OIT ou le référentiel SA 8000. On arrive donc de systèmes de gestion intégrée dont les objectifs et résultats sont décrits dans les rapports annuels à côté du bilan financier.

 

L’Université de Louvain a créé un pôle d’excellence autour du thème de la responsabilité sociale. Plusieurs entreprises luxembourgeoises qui se sont engagées dans cette voie participent à ces travaux. Mme Nadine Fraselle de l’UCL nous a parlé à notre réunion statutaire de ce 12 septembre de ce projet ainsi que d’une semaine de formation qui aura lieu à Louvain-la-Neuve du 23 au 28 octobre. Le Ministère de la Santé, Division de la Santé au Travail de Luxembourg est partenaire de ces journées.

 

Ce séminaire permettra aux participants de se familiariser avec les techniques etles référentiels qui se rapportent aux trois composantes d’un système de gestion intégré : sécurité, environnement, social. Les sessions seront enrichies par les échanges d’expériences.

 

 

Lors de ces journées seront présentés également les résultats d’une enquête approfondie que Mme Sandra Rodrigues fait dans une dizaine d’entreprises luxembourgeoises, dans le cadre de son mémoire de fin d’études. De manière concrète les entreprises de plusieurs de nos membres ont participé à des projets de sensibilisation de jeunes ou encore à des projets sociaux dans les pays du Tiers-Monde ( incinérateur pour déchets hospitaliers, maladie d’Alzheimer, malaria, eau potable). L’auteur même de cet article coordonne des programmes de formation RSE au Maroc, en Palestine et en Colombie.

 

Pierre Lutgen

 

lutgenp@gms.lu

Quand la gourmandise crée des liens

août 2, 2007

Chaque année, nos amis du Club Audun-Villerupt, dans les territoires qui jadis faisaient partie du Duché de Luxembourg et donc potentiellement du district 1630, organisent le Salon de la Gourmandise, qui draine des milliers de personnes des régions frontalières de la Lorraine.

 


Cette année, pendant les journées du 18 et 19 mars, notre club de Luxembourg Vallées participait avec un stand autour du thème :  » La cuisine solaire, comment sauver un arbre, comment sauver des vies « . Nous exposions des fours solaires, des fours paraboliques, des séchoirs pour fruits ou poissons, qui permettent non seulement d’économiser des énergies fossiles ou du bois, mais également de stériliser de l’eau et de sauver ainsi des vies. Entre des montagnes de saucissons, de jambons, de fromages, de bouteilles nous offrions des  » cornes de gazelle  » et du thé vert marocain. Et nous parlions du scandale des 17 000 enfants qui meurent tous les jours parce qu’ils n’ont pas accès à une eau propre.

 

 

 

 

 

 

 

OttangeLa participation à une telle journée permet de multiples contacts. Ainsi le président du club Rotary Arlon, Bruno François, se montrait fort intéressé par la « Lifestraw » danoise qui permet de filtrer 700 litres d’eau, la quantité qu’un enfant africain boit pendant une année. Il proposera sans doute aux membres de son club l’achat de quelques centaines de ces filtres dans le cadre du thème rotarien 2005 de l’eau propre.

 

L’ami rotarien Eugène Biver du club Luxembourg Vallées a pu intéresser les amis rotariens français aux Grandes Journées Vélo qu’il organise à Luxembourg du 24 au 28 mai dans le cadre de « Fellowsship Cycling to Serve ».

 

 

 

 

 

 

Des jeunes Marocains veulent monter un projet « Un 4×4 pour le Sahel ». Il s’agit de caddies usés deEugène Biver grand magasin qu’une association de jeunes berbères équiperait de grandes roues pour faciliter le transport de jerricans et de marchandises. L’école hôtelière de Diekirch voudrait exposer nos cuisinières solaires dans ses bâtiments pour sensibiliser les jeunes aux problèmes de la cuisson des aliments en Afrique.

 

Le Lycée de la Miséricorde de Metz nous invite à exposer dans ses murs du 3 au 8 avril l’exposition à Techniques écologiques et économiques pour sauver des vies ?.

 

Une journée fructueuse dans le cadre de l’esprit du Rotary : mettre en pratique des idées simples au service des démunis.

 

Pierre Lutgen

‘Sodis’, ou comment sauver des vies facilement.

août 2, 2007

Chaque jour, des milliers d’enfants meurent parce qu’ils n’ont pas accès à l’eau potable, mais aussi à cause de maladies d’origine hydrique (choléra, typhus, diarrhée…). Et pourtant, on peut sauver les vies de milliers d’enfants et d’adultes grâce à une technique de purification d’eau simple, gratuite et efficace. Cela vous semble impossible? Alors, lisez donc ce qui suit.

 

 

 

Les divers projets Sodis ont pu être réalisés grâce à de nombreuses contributions publiques et privées, notamment celles de la Ville de Luxembourg, du Lycée du Nord à Wiltz, du Rc Luxembourg-Vallées, du Ministère des Affaires Etrangères.

 

 

 

Mais en quoi consiste donc le procédé Sodis? Il est désarmant de simplicité (voir Rotary Contact 259. p.9) : vous versez de l’eau insalubre dans des bouteilles en plastique, vous mettez ces bouteilles en plein soleil et, après six heures de patience, vous avez une eau parfaitement potable. De nombreux essais en laboratoire ont démontré que les bactéries et les parasites sont complètement tués.

 

 

 

Le Rc Luxembourg-Vallées et ses partenaires se sont attachés à faire connaître cette technique dans divers pays en voie de d?veloppement (Colombie, Malawi, Maroc, Palestine, P?rou).

 

 

 

Sodis Colombie – Un projet a notamment été mis en oeuvre avec le professeur Nestor Aguirre de l’Université de Antioquia à Medellin. Des analyses concrêtes ont été faites, démontrant clairement aux populations locales, parfois incrédules, que ce procédé Sodis stérilise réellement l’eau. Une approche plus convaincante que la présentation de données théoriques par des ‘gringos’…

 

 

 

Maroc – A plusieurs reprises, des lycéens de Wiltz se sont rendus sur place. Ils ont pu y comprendre que les problèmes liés à l’eau étaient d’une tout autre nature que dans nos contrées pluvieuses. Ils ont compris que cette situation affectait surtout la vie des femmes et des filles. Ils ont récolté plus de 4 000 euros pour mettre sur pied des projets avec l’association Amrash dans des villages de l’Atlas.

 

 

 

Malawi – Durant la saison des pluies, la situation sanitaire y est dramatique. Les puits sont contaminés par les matières fécales, entraînant fatalement une multiplication des cas de choléra. Un projet a été réalisé dans les villages avoisinant l’hôpital St Gabriel, fondé par des soeurs de Luxembourg.

 

 

 

Palestine – Depuis plusieurs années, nous travaillions avec l’Université de Jénine pour réaliser des programmes de formation dans les domaines de la santé et de l’hygiène dans les villages des environs. Ceci permet aux étudiants de sortir du campus et de faire un travail sur le terrain.

 

 

 

Tous les partenaires du Sud ont préparé, à partir du matériel de base que nous leur avons fourni, une documantation adaptés aux besoin locaux. Ils ont organisé des séminaires et des visites sur le terrain. Beaucoup ont débordé le strict thème du procédé Sodis pour évoquer, lors des cours de formation, d’autres aspects liés à l’hygiène. Dans plusieurs cas, nos partenaires ont lancé à la fin de notre financement de nouveaux projets à leurs propres frais.

 

 

 

Les instructeurs ont dû lutter, contrer des préjugés tels que ‘Pour assainir l’eau, il faut la bouillir’, ou encore ‘Les bouteilles en plastique sont mauvaises pour la santé’. Même si l’audience pour les séminaires de formation était grande, il ne faut pas s’attendre à ce que tous les participants continuent à appliquer la méthode de manière régulière. Cela implique un changement culturel, et un changement culturel demande parfois des ann?es pour prendre vraiment racine.

 

 

 

Pierre Lutgen

Quand une entreprise privée aide le rclv à jeter un pont entre la Colombie et le Malawi.

août 2, 2007

Colombie1 Depuis deux ans le Rotary Luxembourg Vallées prête son aide à l’hôpital de St Gabriel à Namitete en Malawi pour la construction d’un incinérateur de déchets hospitaliers. Depuis peu le projet s’est développé en Colombie.

 

 

 

 

 

 

Dans les pays tropicaux la mise en décharge de déchets aux abords des hôpitaux crée de graves problèmes de santé. LesColombie2 autorités locales encouragent le projet qui pourrait servir d’exemple pour d’autres hôpitaux de la région. Mais passer d’une idée à sa réalisation n’est pas facile, surtout quand dans le pays destinataire l’expérience et les infrastructures adéquates manquent.

 

 

 

La première difficulté était de définir les performances requises de l’incinérateur et de l’adapter aux besoins locaux.

 

Il fallait ensuite choisir parmi les fournisseurs d’incinérateurs. Après l’étude des offres le choix s’est porté sur le constructeur colombien PREMAC, qui par le prix, par les dimensions et par la qualité de l’équipement sortait du lot. Pour faire ce choix l’aide d’une société d’engineering spécialisée dans l’achat el l’installation de tels équipements était indispensable. L’entreprise ELCO dont le directeur Armand Zigrand est membre du Rotary Luxembourg Vallées s’est déclarée prête à fournir gracieusement cette aide.

 

Une visite en Colombie de Gust Elsen, ingénieur d?ELCO a confirmé la fonctionnalité de l’équipement. Plusieurs modifications utiles ont pu être apportées.

 

Colombie3 L’incinérateur fourni sera équipé de filtres qui permettront d’opérer en conformité avec les normes très strictes de la directive européenne 2000/76 pour les émissions. Il permettra également de récupérer une partie de l’énergie sous forme d’eau chaude. L’incinérateur sera opéré conformément à un plan de gestion environnementale établi par des rotariens de Luxembourg et approuvé par le Ministère du Malawi.

 

 

 

Pierre Lutgen

Ne m’oublie pas

août 2, 2007

Pierre LutgenNo me olvides. Ne m’oublie pas. Tel est le nom du projet dans lequel sont engagés, depuis plusieurs années, des Rotariens colombiens et leurs amis luxembourgeois (voir Rotary Contact 240, p. 40).

 

Le but essentiel de ce projet est de prêter assistance aux familles dont un des membres est affecté par la maladie d’Alzheimer. Le projet est géré par l’ONG luxembourgeoise Ni?os de la Esperanza, qui a une filiale en Colombie.

 

Le partenaire local est le docteur Francisco Lopera, qui a fait une partie de ses études à l’UCL et est une sommit? mondiale dans le domaine de la recherche sur les maladies neurologiques.

 

Depuis 1982, le Groupe de Neurosciences (NSGA) de l’université de Antioquia en Colombie a décelé un grand nombre de familles touchées par la maladie d’Alzheimer dans la région de Medellin. Et on s’est rendu compte que dans ce cas précis, la maladie est due à des facteurs génétiques et apparaît déjà à l’âge de 48 ans, chez des hommes et des femmes en pleine force de l’âge.

 

Le projet « Ne m’oublie pas » a véritablement démarré il y a un an et a permis d’organiser à ce jour cinq séminaires de formation pour 90 jeunes des communautés affectées. Le but est de leur apprendre à mieux soigner les malades et à organiser des activités récréatives et éducatives. Ils peuvent ensuite répercuter leur expérience auprès de leurs familles et de leurs communautés.

 

Grâce à ce programme, les jeunes ayant reçu la formation détectent plus tôt les premiers signes de la maladie, permettant au personnel médical et psychologique de l’université d’apporter des soins palliatifs de bonne qualité à un stade précoce. En outre, le personnel scientifique de l’université colombienne peut se concentrer sur une recherche plus fondamentale qui, éventuellement, permettra un jour d’agir de manière préventive.

 

Notre espoir à Luxembourg est que d’autres Rotariens prennent le relais pour ce projet. Pour tout complément d’information, merci d’envoyer un e-mail à cette adresse : lutgenp@gms.lu

 

Pierre Lutgen

 

http://neurociencias.udea.edu.co/investigacion/nomeolvides.php

Distillation d’eaux saumâtres ou polluées – Salziges Wasser destillieren

août 2, 2007

Distillation d’eaux saumètres ou polluées

Beaucoup de puits dans les régions désertiques contiennent des eaux salées. Dans les régions côtières on peut également distiller de l’eau de mer.

Pierre Lutgen, 10, rue Kommes, L-6988 Hostert tel 348134 fax 00352 348135 lutgenp@gms.lu

« Sauver un arbre »

août 1, 2007

Sauver un arbreTechniques alternatives pour l’Afrique présentées lors du Festival des Sciences 22-30 octobre 2005. (en continuation du projet de sensibilisation IFBV-EBMLA: « L’eau propre, luxe des pays riches, source de vie pour les pauvres »)

 

Deux milliards d’êtres humains n’ont plus assez de bois pour la cuisine et souvent ce qui se trouve dans le pot revient moins cher que ce qui est en dessous.

 

Pierre Lutgen, 10, rue Kommes, L-6988 Hostert tel 348134 fax 00352 348135 lutgenp@gms.lu

Pour aller au marché – Geländewagen

août 1, 2007

Pour aller au marché - Geländewagen Construit a partir de caddie de supermarché, avec des roues plus grandes qui permettent de rouler sur des terrains inégaux et de transporter des charges lourdes à grande distance. Peut-être que les hommes africains seront fiers de pousser ce chariot plutôt que de laisser leur femme porter 40 kilos sur la tête. Le chariot est un don du « Match ». Construction E.Biver, Gradel. Vous pouvez nous aider en versant votre obole au IfbV CCPL LU17 1111 0748 6477 0000 avec la mention ?AfriquePierre Lutgen, 10, rue Kommes, L-6988 Hostert tel 348134 fax 00352 348135 lutgenp@gms.lu