Visite M-Y Delbos en Palestine juin 2007

  

Le Centre de Not to Forget

Il fait très chaud. Le Centre n’a pas d’eau. Mais peut-être est-ce normal en Palestine…

Les enfants sont très bruyants et turbulents surtout les garçons, ce qui est sans doute normal à cet âge, vu la situation. Ils sont très contents de venir au Centre et attendent toujours pour entrer. Il faudrait s’occuper d’eux individuellement. Louise les prend par petits groupes pour un cours d’anglais souvent perturbé par ceux qui rentrent par la fenêtre. Quelques filles sont très attentives et appliquées. Elle fait aussi du théâtre, mais seulement avec les filles car les garçons sont devenus insupportables, l’un d’eux lui a même lancé des pierres, il y a un mois. Depuis quelque temps 2 ou 3 garçons la narguent ou la rejettent : « C’est notre centre, ce n’est pas le tien, toi tu es une juive ». Une après-midi, l’un des garçons est venu s’excuser et lui demande si elle veut bien les accepter au théâtre. Rendez-vous pris pour 2 jours plus tard. Mais personne n’est venu. Il aurait peut-être fallu faire un briefing pour organiser le départ de Mostaham. Heureusement c’est la dernière semaine, car ce sont les vacances.

Freedom Theater

Un havre de paix dans le camp de réfugiés. Une jolie construction, agréable. Il y fait bon. Pleins d’activités (théâtre, bibliothèque, ordinateurs), plein de jeunes. Des jeunes très gentils et très serviables, toujours prêts à donner un coup de main. On y résout tous les problèmes.

Le Camp d’été

Organiser un camp pour 92 enfants n’est pas chose facile, surtout en Palestine. Mostaham a trouvé un local à 15 Kms de Jénine, sous quelques pins dans un endroit au calme. Farah a loué un bus qui les emmènera tous les jours. Louise a acheté tout ce qu’il faut : Batik pour les T-shirts, casquettes, ballons de foot et de basket, jeux et jouets, papier, crayons… Chaque enfant aura une carte, différente selon son groupe. Elle a organisé les groupes et les activités, recruté les animateurs palestiniens ou internationaux pour le sport, le dessin, le théâtre, la Debka, les cours d’anglais. Quelques uns sont de Jénine (sport, dessin, anglais), mais d’autres viennent de Ramallah (théâtre, Debka) ou Aman (anglais). Tout semblait prêt quand trois jours avant surgissent les problèmes. L’animatrice américained’Amman lui a envoyé un mail. Elle ne veut plus venir donner des cours d’anglais car « la situation en Palestine est trop dangereuse et, pour 2 semaines, cela ne vaut pas le coup de prendre des risques ». « Où prend-elle ses informations, sans doute dans les media manipulés par les Israéliens. Et deux semaines, ce n’est peut-être pas grand-chose pour elle mais très important pour les enfants du camp», lui répond Louise. Deux étudiants se décommandent pour une semaine à cause de l’Université d’été. Et Louise ne parvient pas à trouver de logement pour les garçons qui viennent de Ramallah. Elle ne veut pas qu’ils dorment au centre d’activité car trop éloigné, ils ne seront pas en sécurité la nuit. Et aucune famille du camp ne veut loger d’hommes. Elle voudrait les prendre chez elle, mais c’est hors de question dit son propriétaire. Un vrai casse tête. Finalement deux autres étudiants de l’Université viendront pour les cours d’anglais. Mais pas de solution pour loger les garçons de Ramallah. Ils logeront donc au théâtre. Le camp démarre le 30 juin. Les enfants sont ravis. L’équipe d’animateurs est très soudée et solidaire. Tout le monde est content et ce camp fera du bien à tout le monde, enfants, animateurs et organisateur-trice.

Le travail des Internationaux

Il est souvent ingrat : rejet des enfants, difficulté de la situation. Les enfants et les jeunes du camp vivent toutes les séquelles de l’assaut de Jénine en 2002 et d’une occupation longue, dure, cruelle et quotidienne. Louise dit que dès que quelque chose est positif, ils le détruisent. C’est une sécurité de détruire. En détruisant moi-même, je peux en contrôler la destruction (et si je ne détruis, ce sera détruit par un autre et je ne pourrai pas contrôler).

Marie-yvonne Delbos


%d blogueurs aiment cette page :