L’étranglement économique de la Palestine

 « Ils vont maigrir et n’ont qu’à serrer la ceinture ». Donald Rumsfeld  

Economiste de formation et ayant passé toute ma carrière a essayer de créer de la valeur ajoutée dans différents domaines commerciaux, je salue les efforts des gouvernants de notre bonne vieille Europe pour stimuler l’emploi : promotion maximale du savoir et motivation accrue pour pousser les jeunes à plus de formation, incitation à la création d’entreprises nouvelles et soutien aux indépendants entrepreneurs, liberté de circulation des personnes et des biens, accentuation de la liberté de communiquer via les méthodes nouvelles d’Internet, missions commerciales à l’étranger, invitation d’étrangers pour visiter nos industries, entretiens les plus parfaits possible des infrastructures fluviales, routières portuaires et aéroportuaires et bien d’autres initiatives micro ou macro-économiques qui renforcent notre productivité et le welfare de nos sociétés.

Malheureusement, ce bien-être industriel et commercial qui crée le bien-être social n’est pas partagé partout, que du contraire. Il y a même des pays qui, vis-à-vis d’un voisin, font exactement le contraire. Je reviens de Palestine où j’ai rencontré une situation lâchement kafkaïenne. Interdiction de circuler et donc, pratiquement interdiction de vendre ce que l’on produit (de plus, les fermiers arabes vivant en Israël sont interdits de « troupeau de vaches »…parce que le lait qu’ils produiraient ne serait pas kasher !). Impossibilité de transporter du bétail dans les zones pourtant palestiniennes car des « check points » pouvant durer des heures barrent la route incessamment, n’importe où et n’importe quand, contacts suivis avec l’étranger pratiquement impossibles et donc perte énorme de know-how dans un monde en mutation permanente, évidemment, missions commerciales balbutiantes, réseau routier en piteux état et sans grand espoir d’amélioration car les municipalités, touchant moins ou pas d’impôts, sont incapables de faire face, nombreux élèves, pourtant doués, sortant du secondaire empêchés de s’engager dans un curriculum universitaire, faute de moyens, port maritime supprimé, aéroport, supprimé, en conséquence parfois de 50 à 60% de chômage et pour ajouter  à l’étouffement progressif planifié, une autre mesure plus radicale, plus efficace et plus encore en flagrante contradiction avec le droit national ou international et les droits humains les plus élémentaires : partout où s’installe une colonie sauvage ou non en territoire palestinien, automatiquement les routes menant aux villages avoisinants sont bloquées par d’énormes blocs de béton. De nombreuses femmes accouchent à ces check points et lors de complications ; naturelles ou produites par le stress, des bébés meurent sur place. En français, tuer un bébé volontairement cela s’appelle un infanticide. Des adultes ou personnes âgées meurent aussi à ses « check points » en attendant l’ambulance salvatrice qui a été interdite de monter au village. En français, tuer une personne, laisser mourir une personne par manque de soins et de par la faute de règlements criminels, cela s’appelle un homicide. Et comment appellerait-on en français le fait d’étranger, d’assoiffer, de museler, d’étrangler toute l’économie d’un pays ? Disons un « économie-cide » Et cela débouche à plus ou moins long terme sur la mise en cause globale de l’existence de tout un peuple. Cela porte aussi un nom aussi.

Et comment appeler le fait pour le peuple « supérieur » de traiter ainsi son voisin : un suicide ! En effet, celui qui humilie un être humain s’humilie soi-même. C’est le principe de l’échelle. Si quelqu’un, situé aux échelons supérieurs veut pousser celui du dessous plus bas, il doit descendre les échelons. A l’inverse, celui qui serait plus haut et qui voudrait faire monter plus haut celui qui suit n’aurait qu’à monter lui-même plus haut.

Je dis franchement à mes amis israéliens que leur comportement indigne, humiliant, châtiant, appauvrissant est suicidaire. Je sais qu’on ne peut mettre en cause Israël dans les médias sans se faire passer pour un anti-sémite. Je ne suis pas anti-sémite (et il est bon de rappeler que juifs et palestiniens sont des Sémites, d’ailleurs). J’avais 6 ans en 1944 quand, descendant à la cave de notre maison familiale, je suis tombé nez à nez sur une famille de juifs protégée par mes parents aux jours les plus sombres de la guerre. Mes parents l’ont fait au risque de leurs vies. Une autre personne de notre famille a reçu la médaille de « juste parmi les justes » pour avoir sauvé de nombreux enfants juifs. Quand je vois la souffrance de nombreux  Palestiniens, j’ai envie de les aider dans le même esprit de famille. Mes parents, en 1944 pensaient certainement « nous sommes tous juifs » et moi, devant l’innommable situation qui abrutit les palestiniens (tout en abrutissant les jeunes soldats et soldates qui font un métier inhumain), je me aussi palestinien. J’ai été à Jérusalem au mur des lamentations qui porte si bien son nom. J’y ai prié pour qu’un jour, plus personne ne soit humilié, maltraité, éconduit, déshumanisé, appauvri et sacrifié. Je suis certain qu’au plus profond de l’âme de très nombreux israéliens savent ce qui se passe et ne l’acceptent pas. Puisse le pouvoir politique entendre leur voix. Et puisse la Communauté internationale imposer le respect des droits de l’homme partout où ils sont bafoués. L’origine et les causes profondes du drame en Terre Sainte sont claires et connues de tous : c’est la spoliation brutale et sans fin des terres palestiniennes. Mais aujourd’hui, nier à l’un comme à l’autre le droit d’exister est totalement irréaliste et il n’y a pas d’existence sans la dignité et la sécurité. L’extrémisme que la situation a engendré et engendre de plus en plus détruit physiquement la Palestine et moralement Israël dont les filles et les fils commencent l’existence en posant des gestes qui humilient.  C’est le nœud gordien dans toute son ampleur : qui aura la lucidité, le courage et la force de le trancher ?

Alain Rihoux

Après une mission en Palestine avec

« Iwerliewen fir bedreete Volleker »


%d blogueurs aiment cette page :