Gore et Lysenko

En 1948 Julian Huxley avait été invité en Russie. Il y eut l’occasion de rencontrer le scientifique phare du régime stalinien : Lysenko avait proposé au Présidium du parti soviétique de procéder à l’éradication la science idéaliste, ennemie de la patrie, et d’amener la science sur les chemins du matérialisme dialectique et de transformer la nature pour le plus grand bienfait des masses. Sa théorie prétendait qu’il suffisait de quelques générations  d’améliorations dans l’alimentation et l’éducation  pour transformer les traits raciaux de son peuple. Il prétendait avoir réussi à produire de meilleures tomates par ce procédé.

A son retour Julian Huxley publia un article dans Nature où il critiquait le fait que la science au pays des Soviets n’était plus une activité qui cherchait à découvrir la vérité par l’échange avec des chercheurs d’autres pays, mais qu’elle était entièrement subordonnée à l’idéologie, et entachée de fraudes et de propagande.

«  Nous perdons cette liberté intellectuelle qui nous ravissait et qui était le résultat de longues luttes contre le dogmatisme. La science devient chez Lysenko une idéologie, une doctrine, une superstition qui se moque des faits et de la statistique A la fin des années cinquante Lysenko fut  mis au rancart et les méchantes langues disent qu’il a terminé sa vie à l’asile » (A Huxley, Memories, Penguin Books).

Serait-il possible que le même sort arrive à un autre prophète et gourou qui prétend que la fonte des glaces qui flottent sur les eaux du pôle Nord fera augmenter le niveau des mers de quelques mètres et que ceux qui ne croient pas en ces fantaisies soient punis pour crime contre l’humanité.

Pierre Lutgen

Hostert


%d blogueurs aiment cette page :