L’Apocalypse selon Al Gore

 Les media se délectent du film de Al Gore sur les prétendues catastrophes climatiques, et Le Jeudi, comme le reste de la meute consacre une page entière à cette affabulation mythique. Les catastrophes climatiques annoncées par Greenpeace font toujours les délices de la presse, avec des photos en couleur. Et donnent un appui moral certain aux édiles communales qui se sont laissé embrigader dans le « Klimabündnis ».Que se soit le trou d’ozone austral qui s’ouvre en automne, un ours polaire qui meurt de vieillesse, un glacier qui vêle ou encore une tempête au Texas. Car les choses sont beaucoup plus complexes que Nostradamus ou Al Gore nous les décrivent. Il est vrai que la température à augmenté de 0.6 degrés en 150 ans. Tant mieux. Parce que le Roi Soleil se plaignait des étés froids et pluvieux à Versailles. Dans certains coins du globe les températures baissent même: en Patagonie, au Kenya, au Wyoming, en Alaska. Facile à vérifier sur la Toile (sur www.iceagenow.com p.ex.) Le niveau moyen des océans n’a augmenté que de manière normale depuis la fin du dernier petit âge glaciaire. A certains endroits du globe il a même baissé et nous sommes loin de voir disparaître les îles du Pacifique. Il y a de nouvelles îles qui sortent des flots. Le gaz carbonique émis dans l’atmosphère par les humains ne représente que 3% du total émis tous les ans par des phénomènes naturels! Et les tâches solaires ont certainement un effet climatique beaucoup plus marqué que les 4×4. Beaucoup de glaciers diminuent en taille, mais d’autres augmentent comme certains dans les Andes, en Norvège ou dans l’Himalaya. La couche de glace en Antarctique et au Groenland a globalement augmenté. Alors gardons la tête froide et gardons notre argent pour d’autres combats. Car l’annonce de catastrophes a toujours permis de collecter des fonds pour les indulgences ou pour le biodiesel. 

Pierre LutgenFrancis MassenJean HeinenEduardo FerreyraNorbert Friob 


%d blogueurs aiment cette page :