artemisia annua ou cellules souches contre le sida

Cellules souches ou herbes médicinales contre le SIDA

.
Les media ont fait grand bruit autour de Tymothy Brown, l’ex-malade du SIDA qui donne espoir aux chercheurs. (La Libre Belgique 2 juin 2012. Le Point 25 mai 2012)
Présenté comme « le patient de Berlin », Timothy Brown, de nationalité américaine, avait été déclaré séropositif en 1995. Sept ans plus tard, on lui diagnostiquait une leucémie. Pourtant, il s’est présenté mercredi dernier au 17e International symposium HIV & emerging infectious diseases (Isheid) qui a réuni près d’un millier de participants dont plus de 600 médecins virologues.
En effet, après avoir reçu, en 2007 à Berlin, une greffe de cellules souches, ce patient a guéri de la maladie et du SIDA. Après avoir raconté son parcours de souffrance et d’espoir jusqu’à la guérison il y à 5 ans, l’homme a reçu une standing ovation de la salle. Le médecin qui a pris en charge M. Brown, Gero Hütter, hématologue à l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin, a expliqué comment il avait mis en œuvre son traitement.
Une fois les donneurs appropriés trouvés, Timothy Brown a ainsi reçu consécutivement deux greffes de moelle osseuse et les résultats se sont avérés spectaculaires : non seulement sa leucémie est vaincue mais, au bout de 600 jours, la charge virale est devenu indétectable, ce qui signe la disparition du virus. Un verdict qui n’a cessé d’être confirmé depuis. Mais le cas est unique, le Dr Gütter estime donc qu’il ne s’agit pour l’heure que d’une voie pour la recherche. C’est un traitement difficile à mettre en place pour tous les malades.
« Il n’y aurait pas assez de donneurs pour traiter » les 34 millions de malades de la planète, reconnaît-il. Lors de son intervention, Timothy a néanmoins tenu à souligner « l’enfer » de la thérapie : une complication neurologique a fortement affecté sa mémoire et son langage et le risque de mortalité est important. Un patient sur trois décède.
On peut se demander pourquoi on fait tant de bruit autour de cette guérison en somme miraculeuse qui n’est applicable qu’à un nombre fort restreint de personnes, à un coût astronomique, avec des effets neurologiques graves et une chance de réussite de 33%. Cui bono ?
Pourquoi la presse occidentale ne parle-t-elle pas des énormes espoirs que suscite l’utilisation de plantes médicinales contre l’immunodéficience et le SIDA ?
Depuis une dizaine d’années plusieurs groupes de recherche ont montré que certaines plantes pouvaient activer le système immunitaire par la production d’interleukines, de cellules CD4 et d’anticorps. Ne citons que l’Astralagus. Même sur le site d’organismes internationaux comme la FAO (http://www.fao.org/DOCREP/005/Y4168E/y4168e10.htm) on peut trouver des renseignements sur les plantes qui permettent de pallier les effets du VIH.
Mais le travail de recherche le mieux documenté et qui constitue une vraie percée est la publication récente de Frank VanderKooy de l’Université de Leiden : » Ethnopharmacy in overdrive : The remarkable anti-HIV activity of Artemisia annua (Journal of Ethnopharmacology 2012, doi :10.1016/j.jep.2012.03.024).
L’infusion de cette herbe s’est montrée fort active à des concentrations même très basses contre des cellules validées pour ce genre d’essais in vitro. Mais le résultat le plus inattendu de ces travaux était la découverte d’un effet anti-viral inversément proportionnel à la concentration en artemisinine dans. La tisane artemisia afra fort utilisée en Afrique du Sud pour un tas de maladies et qui ne contient pas d’artemisinine s’est même révélée plus efficace que l’artemisia annua. D’autres molécules : polysaccharides, polyphénols, huiles essentielles… sont donc responsables de l’effet thérapeutique. Un champ de recherche presque vierge mais prometteur.
Ce résultat ouvre la voie vers un traitement presque gratuit. Il faudrait que l’artemisia annua ou l’artemisia afra poussent dans tous les jardins africains.
Un espoir énorme pour des centaines de milliers de personnes.
Pierre Lutgen
5 juin 2012

Étiquettes :


%d blogueurs aiment cette page :