Archive for décembre 2014

Inulins and malaria: immunostimulants and ajuvants

décembre 15, 2014

Submitted by Lucile Cornet-Vernet and Pierre Lutgen

Host defense functions are responsive to diet composition. It is known since many years that inulin and oligofructose increase resistance to health challenges (K.A Kelly-Quagliana. Nutrition Research, 2003,23, 257–26). Mice fed diets containing inulin had higher natural killer cell activity of splenocytes and greater phagocytic activity of peritoneal macrophages. Apparently inulin does not elicit an increase or redistribution of the examined lymphocyte populations (CD4/CD8), but up-regulates macrophage-dependent (T-helper 1 type) immune responses in a dose-dependent manner.

Inulin-derived adjuvants that principally stimulate the innate immune system through their ability to activate the alternative complement pathway have proven ability to induce both cellular and humoral immunity. With their excellent tolerability, long shelf-life, low cost and easy manufacture, they offer great potential for use in a broad range of prophylactic and therapeutic vaccines. Based on successful animal studies in a broad range of species, human trials are about to get underway to validate the use of inulin-based adjuvants in prophylactic vaccines against malaria and other pathogens (E Mata et al., Biomed Research International, March 2013). The Advax adjuvant produced by Vaxine in Australia enhances CD4+ and CD8 T Cell proliferation.

Under certain conditions, inulin-type fructans may improve mineral absorption by their impact on the amelioration of gut health.This has been demonstrated for calcium, magnesium, phosphorus, copper, zinc and iron in animal trials (K Scholz-Ahrens et al., The Journal of Nutrition, 2007) And in another paper (S Swiatkiwiecz et al, Acta Agricultura Scand Section A, 2010, 60, 125-128) in laying hens. Plasma cholesterol was significantly depressed in rats fed 20% inulin in their diet (MA Levrat et al., J Nutr 121 1730-37, 1991)

Inulins are prebiotics and may enhance the effect of probiotics like Lactobacillus or Bifidobacterium (M Roller et al., Nutriotional Immunology-Research Communication, 2004, 153-156). The combination of the same pre- and probiotics reduced colon cancer induced by by azoxymethane (AP Femia et al., Carcinogenesis, 23-11, 2002, 1953-60). This was confirmed in a recent review paper (B Pool-Zobel et al., J Nutr 137, 2580-84). The University of Louvain has shown 15 years ago that inulins inhibit breast cancer and tumor growth (H Taber, M Roberfroid, J Nutr, 129,1488-91, 1999). The synergy of inulin conjugated to doxorubicin has improved the cytoxic response in cancer treatment (CA Schoener et al. ; J Drug Del Sci tech 25, 111-118, 2013).

Inulin is a dietetic fiber, a polysaccharide and some Artemisia species may contain up to 9% polysaccharides of their dry weight. Capsules of Chinese origin containing Artemisia annua leaf powder also contain inulin.

Artequick: programmed for failure

décembre 13, 2014

The competitive product Artequick which the Chinese launched against Coartem and Coarsucam is now confronted by resistance like any other monotherapy. A letter to the editor by DL Saunders et al., in NEJM July 2014 describes the dihydroartemisinin-piperaquine failure in Cambodia. The drug was adopted as first line treatment in this country in 2010. Three years later the efficacy has decreased from 92% to 64%. At 72 hours 56% of patients still had persistent parasitemia. A disaster for Cambodia now, but a genocide looming for African countries, after the failure of other ACTs.

WHO believes that increasing treatment failures are « most probably due to piperaquine resistance, » according to Pascal Ringwald, coordinator of WHO’s Drug Resistance and Containment program. Researchers at the University of Uppsala indicated (Science Translational Medicine, 30 Oct 2014) that even moderate resistance to piperaquine can be expected to drastically compromise the usefulness of piperaquine in preventive therapy.
Irene Teis

Premier prix toutes catégories pour la thèse de Omar Gueye

décembre 2, 2014

Recognition for Artemisia annua research breakthrough

Depuis 7 ans nous travaillons avec l’Université UCAD Hôpital Le Dantec de Dakar. Ils ont pu confirmer par leur recherche que la tisane Artemisia annua était étonnamment efficace contre le paludisme. Ce n’est qu’avec des résultats scientifiques de ce type que les petits fermiers peuvent gagner le combat contre le lobby Bigpharma. Ce travail a été financé par ArcelorMittal, la Commune de Niederanven et notre ONG. Rappelons que la bourse pour la thèse de Omar Gueye avait été refusée par notre FNR ; leurs experts qui disaient : « This kind of project could never be published in a scientific journal. Supporting such a project is certainly NOT something that will give Luxembourg good reputation in science ».

Résumé de l’étude sur l’Artemisia annua au Sénégal par Dr Papa Elhadji Omar GUEYE, UCAD, Dantec.

Au Sénégal, depuis quelques années, différentes méthodes d’interventions et de lutte contre le paludisme sont mises en place : l’introduction du Traitement Préventif Intermittent (TPI) en 2003, des Combinaisons de Traitement à Base d’Artèmisinine (Artemisinin Combinaison Traitment, ACT) en 2005, les Tests de Diagnostic Rapides (TDR) en 2008, la couverture universelle en moustiquaires imprégnées en mars –avril 2013 et tout récemment, en octobre, la chimioprévention saisonnière chez les enfants de moins de 10 ans. La mise en œuvre de ces plans stratégiques a permis de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liées au paludisme. Cependant, malgré cette réduction, le paludisme demeure toujours un problème de santé publique. Cette situation est causée en partie par la résistance des parasites aux traitements antipaludiques. Ainsi, un traitement efficace, moins onéreux, accessible à toutes les franges de la population, serait une aubaine. L’A. annua, utilisé dans le traitement de la malaria, se présente comme une alternative. Pour vérifier cette activité antipaludique nous nous sommes fixés comme objectifs d’évaluer la chimiosensibilité des souches de Plasmodium falciparum à la tisane d’A. annua et d’analyser la composition et déterminer la non présence de concentrations toxiques d’éléments minéraux dans les feuilles de cette plante. L’étude, sous l’autorisation du Comité Ethique du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, s’est déroulée sur 40 échantillons collectés à Pikine en 2010, analysés par la technique du DELI et 45 échantillons collectés à Thiés en 2011, analysés par la technique du DAPI. Tous ces échantillons sont collectés chez des patients atteints de paludisme simple. La méthode du LIBS nous a permis d’analyser les concentrations d’éléments minéraux contenues dans les feuilles d’A. annua. Les résultats obtenus avec le DELI, publiés dans le journal African Journal of Biochemistry Research, ont montré une CI50 moyenne égale à 0,095 µg/ml. 90% des échantillons ont des CI50 inférieures à 0,5 µg/ml, 2,5% ont une CI50 supérieure à 0,5 µg/ml et 7,5% ont donné des résultats ininterprétables. Concernant les souches de références 3D7 et W2, des CI50 de 0,146µg/ml et 0,394µg/ml respectives ont été observées. Les résultats obtenus avec le DAPI, soumis dans le Journal Parasitology Research, ont montré une moyenne de CI50 égale à 1,034 µg/ml. D’après Sauvin (2002) 41 échantillons (91,11%) ont des CI50 inférieures à 5 µg/ml, un (1) seul (2,22%) a une CI50 supérieure à 5 µg/ml et trois (3) échantillons (6,67%) seulement ont donné des résultats ininterprétables. Si on se refére à Malebo et al, 2009, 15 échantillons (33,33%) ont des CI50 ˂ 0,5 µg/ml, 25 échantillons (55,55%) ont des CI50 comprises entre 0,5 µg/ml et 5 µg/ml et un seul (2,22%) a une CI50 ˃ 5 µg/ml. Quelque soit l’auteur (Sauvin et Malebo), les résultats obtenus ont montré une bonne activité antipaludique de notre tisane d’A. annua. Concernant les souches de références que sont 3D7 et W2, des CI50 de 1,040µg/ml et 1,394µg/ml respectives ont été observées. Les résultats du LIBS, publiés dans le journal African Journal of Biotechnology, ont montré que les feuilles d’A. annua contiennent différentes concentrations de macroéléments et microéléments (K, Mg, Ca, P, S, Fe, Mn, Cu, Zn) indispensables et importants pour l’organisme et n’avaient aucune concentration d’éléments minéraux supérieure aux normes admises par l’OMS pour les plantes médicinales. Ces résultats obtenus, par ces deux techniques nous permettent d’affirmer la propriété inhibitrice de la tisane d’A. annua sur les souches de Pikine et de Thiés ex vivo. Ceux obtenus sur les éléments minéraux, prouvent la non toxicité de cette tisane et la présence d’éléments indispensables dont l’apport est très important à l’organisme, viennent conforter la possibilité d’entreprendre une étude pour confirmer in vivo, l’activité antiplasmodiale de cette tisane sur le P. falciparum. Cette étude a été le premier prix, en 2013, des Journées des Départements de Pharmacie de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar.