Archive for the ‘Iwerliewen’ Category

Artemisia annua Tee: Prophylaxe gegen Malaria

août 15, 2011

 

Seit einigen Jahren empfehlen verschiedene Fördervereine, darunter auch IFBV in Luxemburg , die Pflanzung von BEIFUSS (ARTEMISIA ANNUA) in tropischen Ländern. Wie neue klinische Versuche  bewiesen haben, besitzt diese Pflanze ausgezeichnete therapeutische Eigenschaften gegen Malaria.

 

Seitdem man ARTEMISIA ANNUA in vielen afrikanischen Gärten pflanzt, sind  immer mehr Personen   die getrockneten Beifussblätter als ‘Tisane’  regelmässig trinken, und bemerken, dass sie gegen Malaria immun werden.

 

Diese prophylaktischen Eigenschaften wurden auf breiter Basis  in Schulen in KENYA bestätigt (diese Schulen gehören zur Organisation IDAY). Schon 2010 wurden Pflanzungen von ARTEMISIA ANNUA auf ungefähr fünfzig Schulen ausgedehnt. Lehrer und Schüler haben den Artemisia-Tee getrunken, um ihre Malaria-Krise zu heilen. Sie haben es jedoch zur Gewohnheit gemacht, regelmässig mehrere Tassen Tee pro Woche zu trinken: das Resultat ist eine ausserordentliche Wirkung um neuen Infektionen oder Rückfällen vorzubeugen.

Die Abwesenheitsquote der Schüler und Lehrer ist von 30% auf nahezu 0% zurückgegangen, und die Schulergebnisse  haben sich in Bezug auf die gesamte Schülerzahl wesentlich verbessert. Laut Ergebnissen von Dr. R. ARUDO wurden therapeutische Ergebnisse auch bei Typhus und Menorrhoe junger Mädchen festgestellt.

Des weiteren hat die Reduzierung der Gesundheitsausgaben es ermöglicht, Gelder für die Schulerziehung freizumachen.

 

Eine neue wissenschaftliche Veröffentlichung   aus Uganda  (PE Ogwang et al., Brit J Pharm Res ISSN 2231-2919)  bestätigt diese Resultate in bemerkenswerter Weise. Der Autor führt die Prophylaxe auf eine Aktivierung der Monocyten zurück, die unter den ersten Blutkörperchen sind, die im Fall einer Malariaattacke aktiv werden.

Luxemburger Untersuchungen in Bezug auf die Aktivierung der Lymphozyten zeigten 2010, dass auch ein Tee mit nur  geringen Artemisiningehalt einen wesentlich positiveren Einfluss auf das Immunsystem ausübt.

Die vorbeugende  – und sogar therapeutische –  Wirkung der ARTEMISIA ANNUA Pflanze beruht demnach auf anderen  Substanzen, die in der Pflanze enthalten sind. Professor PE Ogwang geht sogar so weit, dass er eine Prophylaxe gegen Malaria mit Beifuss empfiehlt, das keinerlei Artemisinin enthält. 

 

 

Dr Pierre Lutgen

ifbv@pt.lu

 

Publicités

Artemisia annua tea for malaria prophylaxis

août 14, 2011

 

In recent years several NGO’s, like IFBV,  promote artemisia annua tea in tropical countries. This plant has excellent therapeutical properties against malaria, as demonstrated by several clinical trials. And as it is now growing in many African gardens and schools a lot of people have noticed that if they drink this tea regularly they are immune against malaria.

These prophylactic properties have been confirmed at large scale in Kenyan schools, partners of the IDAY network. In 2010 artemisia annua plantations were extended to some 50 schools. Pupils and teachers use the tea as cure against malaria (20 cups over 7 days), but once cured they continue taking one or two cups per week. And over the months they noticed that Artemisia annua has a strong prophylactic effect. Absenteeism for students and teachers dropped from 30 to almost 0 %. Much less money has to be spent for drugs and health care ;  this money can now be used for educational needs. Dr T Arudo also reports that tea from this plant has a strong therapeutical effect on typhoïd fever and diarrhoea. A research team at Luxembourg had found in 2009 that Artemisia annua tea efficiently sterilizes water.

Recently a scientific paper confirmed the prophylactic effect against malaria on several hundred farmers in Uganda. (PE Ogwang et al., Brit J Pharm Res ISSN 2231-2919). A medical team at Luxembourg had already found in 2010  that Artemisia annua tea  activates the lymphocytes in human blood, but only if the tea was poor in artemisinine. In Uganda it was found that A. annua extract devoid of artemisinin significantly boosts monocyte counts in albino rats (p<0.001).The action of flavonoids, polysaccharides and essential oils could explain the mechanism of prophylaxis of A. annua ‘tea’

Pierre Lutgen

ifbv@pt.lu

Profilaxis del paludismo con artemisia annua

août 10, 2011

La Artemisia annua y la profilaxis del paludismo

 

 

Desde hace varios años muchas asociaciones como IFBV, promovieron la plantación de la Artemisia annua en los países tropicales. Esta planta tiene excelentes propiedades terapéuticas contra el paludismo (o malaria), como lo han confirmado recientes estudios médicos. Y desde que se encuentra en numerosos jardines africanos más y más personas han remarcado que si ellas beben esta tisana de manera regular quedan inmunizadas contra el paludismo.

Sus propiedades terapéuticas quedaron confirmadas a gran escala en las escuelas de investigación IDAY en Kenia. En 2011 las plantaciones de Artemisia annua se extendieron a una cincuentena de escuelas. Los maestros y los alumnos recurrieron con toda seguridad a la tisana para curarse de las crisis de paludismo, pero también adquirieron el hábito de beber varias tazas semanales. Se hizo evidente un marcado efecto preventivo contra nuevas infeccio-nes o recaídas de los ataques palúdicos. La tasa de ausentismo de los alumnos y maestros cayó desde 30% a casi 0% y los resultados escolares fueron mejorados por todo el conjunto de alumnos. Según el Dr. T. Arudo los efectos terapéuticos también fueron notables para el tifus como así una disminución de la menorrea para las niñas. La disminución de los gastos para la salud permitió destinar esos fondos para gastos de la educación.

Una reciente publicación científica de Uganda lo confirma de manera notable (P.E. Ogwang et al., Brit J Pharm Res ISSN 2231-2919). El autor atribuye la profilaxis a una activación de los monocitos que están entre los primeros glóbulos de sangre que intervienen en caso de un ataque palúdico. Por otro lado se sabía desde hace mucho tiempo que la artemisinina no muestra ningún efecto de inhibición sobre los esporocitos inyectados por los mosquitos en la piel humana. (GP Dutta et al., J Parasitol. 76,1990,849). Los estudios hechos en Luxemburgo sobre la activación de los linfocitos muestran igualmente que una tisana pobre en Artemisinina tiene un efecto mucho más positivo sobre el sistema inmunitario. El efecto profiláctico y asimismo terapéutico de la Artemisia annua se deberían a otros consti-tuyentes de la planta y el Dr. PE Ogwang está por recomendar como medio de prevención una hierba exenta de artemisinina.

 

Pierre Lutgen

ifbv@pt.lu

Prevention malaria artemisia annua

août 8, 2011

Artemisia annua et prophylaxie du paludisme

 

Depuis quelques années plusieurs associations, dont IFBV, propagent des plantations d’artemisia annua dans les pays tropicaux. Cette plante a d’excellentes propriétés thérapeutiques contre le paludisme, comme des essais cliniques récents l’ont confirmé. Et d

epuis qu’on la trouve dans de nombreux jardins africains de plus en plus de personnes ont remarqué que si elles boivent cette tisane régulièrement elles sont immunisées contre le paludisme.

Ces propriétés prophylactiques ont été confirmées à grande échelle dans les écoles du réseau IDAY au Kénya. En 2010 des plantations d’artemisia annua se sont étendues à une cinquantaine d’écoles. Les enseignants et les élèves ont eu recours bien sûr à la tisane pour se guérir de crises de paludisme, mais ils ont pris l’habitude également de boire quelques tasses par semaine. Un remarquable effet préventif contre de nouvelles infections ou rechutes a été mis en évidence. Le taux d’absentéisme des élèves et des enseignants a chuté de 30% à presque 0% et les résultats scolaires se sont nettement améliorés pour l’ensemble des élèves. Selon le Dr T Arudo des effets thérapeutiques ont également été remarqués contre le typhus ainsi qu’une diminution de la ménorrhée pour les filles. La diminution des dépenses de santé a permis de dégager des fonds pour des dépenses d’éducation.

Une publication scientifique récente  de l’Ouganda le confirme de façon remarquable (PE Ogwang et al., Brit J Pharm Res ISSN 2231-2919). L’auteur relie la prophylaxie à une activation des monocytes qui sont parmi les premiers globules du sang à intervenir en cas d’attaque malariale. On sait de longue date que l’artemisinine  ne montre aucun effet d’inhibition sur les sporozoïtes injectés pas le moustique dans la peau humaine. (GP Dutta et al., J Parasitol. 76, 1990, 849). Des études faites à Luxembourg sur l’activation des lymphocytes montrent également qu’une tisane pauvre en artemisinine a un effet beaucoup plus positif sur le système immunitaire. L’effet prophylactique et même thérapeutique de l’artemisia annua serait  donc dû à d’autres constituants de la plante et le Pr PE Ogwang va jusqu’à recommander comme moyen de prévention une armoise exempte d’artemisinine.

 

Pierre Lutgen

ifbv@pt.lu

Artemisia annua et prophylaxie du paludisme

août 8, 2011

Artemisia annua et prophylaxie du paludisme

Depuis quelques années plusieurs associations, dont IFBV, propagent des plantations d’artemisia annua dans les pays tropicaux. Cette plante a d’excellentes propriétés thérapeutiques contre le paludisme, comme des essais cliniques récents l’ont confirmé. Et d

epuis qu’on la trouve dans de nombreux jardins africains de plus en plus de personnes ont remarqué que si elles boivent cette tisane régulièrement elles sont immunisées contre le paludisme.

Ces propriétés prophylactiques ont été confirmées à grande échelle dans les écoles du réseau IDAY au Kénya. En 2010 des plantations d’artemisia annua se sont étendues à une cinquantaine d’écoles. Les enseignants et les élèves ont eu recours bien sûr à la tisane pour se guérir de crises de paludisme, mais ils ont pris l’habitude également de boire quelques tasses par semaine. Un remarquable effet préventif contre de nouvelles infections ou rechutes a été mis en évidence. Le taux d’absentéisme des élèves et des enseignants a chuté de 30% à presque 0% et les résultats scolaires se sont nettement améliorés pour l’ensemble des élèves. Selon le Dr T Arudo des effets thérapeutiques ont également été remarqués contre le typhus ainsi qu’une diminution de la ménorrhée pour les filles. La diminution des dépenses de santé a permis de dégager des fonds pour des dépenses d’éducation.

Une publication scientifique récente  de l’Ouganda le confirme de façon remarquable (PE Ogwang et al., Brit J Pharm Res ISSN 2231-2919). L’auteur relie la prophylaxie à une activation des monocytes qui sont parmi les premiers globules du sang à intervenir en cas d’attaque malariale. On sait de longue date que l’artemisinine  ne montre aucun effet d’inhibition sur les sporozoïtes injectés pas le moustique dans la peau humaine. (GP Dutta et al., J Parasitol. 76, 1990, 849). Des études faites à Luxembourg sur l’activation des lymphocytes montrent également qu’une tisane pauvre en artemisinine a un effet beaucoup plus positif sur le système immunitaire. L’effet prophylactique et même thérapeutique de l’artemisia annua serait  donc dû à d’autres constituants de la plante et le Pr PE Ogwang va jusqu’à recommander comme moyen de prévention une armoise exempte d’artemisinine.

Pierre Lutgen

ifbv@pt.lu

alzheimer colombia

juillet 3, 2010

“No Me Olvides”, una iniciativa
para tener en mente

Fuente: ElPlaneta, Antioquia, Colombia
18 al 24 de junio de 2010

En el último mes, menciones acerca de la enfermedad de Alzhéimer han ocupado más de un titular en periódicos y revistas de distintos lugares dentro de los Estados Unidos y en América Latina. Es evidente que no se necesita de ningún gran acontecimiento para que eso suceda, pues se trata de una de las enfermedades que más ha cobrado vidas alrededor del mundo y que sigue afectando a poblaciones de todos los países.

Sin embargo, esta vez, la cobertura de la noticia relacionada con el mal ha estado ligada con el interés que la comunidad internacional ha manifestado en importantes proyectos dirigidos a avanzar en la investigación de la enfermedad de Alzheímer, y que han tenido su origen en el corazón de un país suramericano.

Desde hace más de 25 años, el Grupo de Neurociencias de la Universidad de Antioquia, en Colombia, liderado por el doctor Francisco Lopera, ha encaminado sus esfuerzos a la investigación del mal de Alzhéimer. El foco de la observación ha sido un grupo de 28 familias antioqueñas dentro de las que se han encontrado más de 500 portadores de una rara alteración en un gen del cromosoma que causa el Alzhéimer genético. La forma de la enfermedad que estas personas padecen se caracteriza por ser más contundente y por aparecer no en edades avanzadas, como es común, sino alrededor de los 40 años.

Una de las publicaciones que llamó la atención acerca del trabajo del doctor Lopera y del grupo es el diario New York Times. Entre otras cosas, el diario hizo énfasis en cómo la investigación que se está llevando a cabo en Antioquia puede ser determinante en la búsqueda de una cura definitiva para el mal de Alzhéimer. El hecho de que se pueda explorar en pacientes que, se sabe, padecerán la enfermedad en algún punto de su vida, pero que todavía no muestran síntomas, o cuya salud no ha sido afectada todavía, es uno de los puntos más importantes. Esto, porque los cerebros de dichos pacientes, más jóvenes, permiten una mejor observación, pues están en mejor forma que los de personas de edades más avanzadas.

Aunque las investigaciones se llevan a cabo, en mayor parte, en Colombia, los Estados Unidos han empezado a jugar un papel esencial en la consolidación del apoyo al grupo de la Universidad de Antio-quia. Yakeel Quiroz, una de las investigadoras del grupo y estudiante colombiana en Boston University, es una de las personas que está a cargo de la Iniciativa “No Me Olvides”, un proyecto que se ha pro-puesto reunir fondos para ayudar a las familias que, por culpa de la forma precoz del Alzhéimer, han visto su futuro minado.

En el grupo de las 28 familias antioqueñas, las personas afectadas por la enfermedad pierden capacida-des básicas en el momento de su vida en que el aporte económico que hacen con su salario a sus hogares es vital. En algunos casos se presentan síntomas antes de los 35 años; en esas instancias no queda más que renunciar a la vida laboral, dejando a hijos o esposas la responsabilidad de luchar por estabilidad económica.

“No Me Olvides” es un programa cuya base está en Boston, y que tomó una forma definida a principios de este año.

Sin embargo, desde hace ya una década, con la ayuda de los clubes rotarios de Medellín y Luxemburgo, fondos han sido recogidos, y distintos grupos de personas, ubicados en distintas partes del mundo, han sido consolidados. ‘No Me Olvides’ “ha logrado, así, hacerse con presencia en Alemania y España, además de Luxemburgo, donde el doctor Pierre Lutgen [*], quien ha estado vinculado con el programa desde el año 2000, lidera su grupo.

Además de buscar apoyo para las familias que son centro de las investigaciones, “No Me Olvides” busca crear conciencia del papel que el Grupo de Neurociencias de la Universidad de Antioquia juega, a nivel internacional, en la búsqueda de respuestas concernientes al mal de Alzhéimer. Es el primer grupo de su naturaleza que nace en Colombia; hay varios grupos de investigación en distintas universidades pero, hasta ahora, no se había logrado formar un equipo que se encargara de impulsar una iniciativa como la del programa “No Me Olvides”.

Con eventos como cenas gala con empresarios colombianos, conciertos, y ventas de garaje, “No Me Olvides” intenta llamar la atención en Colombia y en los Estados Unidos. Así mismo, tienen presencia en internet: www. iniciativanomeolvides.org. Quiroz es, también, una de las administradoras de la página de “No Me Olvides” en Facebook. A través de estos medios es posible contactar a las personas que conforman el grupo, hacer donaciones, enterarse de los eventos que tienen programados, y leer acerca de las investigaciones que el grupo en la Universidad de Antioquia ha hecho, entre otras cosas.


 

[*] Nota de FAEC: El Dr. Pierre Lutgen es miembro extranjero de FAEC, y tiene a su cargo la edición de la versión Francesa de este sitio. Fue durante 2 años profesor de química física en la Universidad de Antioquia, Colombia, y mantiene estrecho contacto con su pueblo y otros científicos colombianos.

Reside en Hostert, Luxemburgo, y es uno de los más respetados técnicos del mundo en remediación de suelos, manejo de residuos industriales y domésticos, asesor en la materia de varios países africanos y europeos. Es un ardiente combatiente contra la malaria y toma parte de programas de prevención y erradicación de la endemia en diversos países de África, impulsando el uso conjunto del DDT para elimi-nar al mosquito de las viviendas y la utilización de la tisana de Artemisinina para eliminar al Plasmodium falciparum de la sangre de los pacientes cortando así la cadena de transmisión de la endemia.

neem luxembourg senegal

mars 13, 2010

 

Le Neem, insecticide biologique pour les jardins sénégalais et luxembourgeois

 

De grandes quantités d’insecticides sont utilisées dans les pays du Sud en agriculture et dans la lutte contre les vecteurs des maladies tropicales.Les exportations en 2006 de pesticides vers les pays ACP étaient de € 2 744 513 092 en valeur et 617 765  en Tonnes[1]. En 2007, les exportations, étaient de € 3 284 358 391 en valeur et 705 752 en Tonnes..

Beaucoup de  ces produits chimiques, tels que les organosphosphates, les pyréthrinoïdes ou les carbamates ont un impact non négligeable sur la santé humaine et l’environnement.

D’autres qui se prétendent biologiques tels que les pyréthrinoïdes sont en réalités des produits de fabrication chimique de la famille du pyrèthre, extrait à l’origine d’une plante africaine.

Ils sont utilisés à grande échelle en Afrique dans la lutte contre les anophèles vecteurs de la malaria, ont au cours des années développé de fortes résistances chez ces vecteurs. Utilisés en fumigation intérieure des habitations ou encore dans l’imprégnation des moustiquaires ils ont perdu en grande partie leur efficacité.

De plus en plus les horticulteurs biologiques utilisent comme insecticide l’huile de Neem, qui contient comme principe actif l’azadirachtine ainsi que d’autres produits nocifs pour les insectes. Son utilisation est permise en Europe par les directives CE. 

Arbre « miracle », « universel », « aux milles vertus », originaire d’Asie du Sud-Est, le Neem  est utilisé depuis des milliers d’années, notamment en Inde, pour ses extraordinaires propriétés insecticides, médicinales et cosmétiques. Voilà déjà plus de 5000 ans que la pharmacopée indienne se sert de ses graines , écorce et feuilles et que les textes indiquent des dizaines de recettes et de prescriptions traditionnelles thérapeutique, insecticides, antivirales etc.).. En Inde le Neem est appelé        « celui qui peut guérir toutes les affections », on le nomme encore aujourd’hui « la pharmacie du village » car tout est bon en lui : feuilles, fruits, écorce, graines, racines. Son efficacité n’est plus à prouver : contre les maladies virales,           (herpès, DNA polymérase du virus de l’hépatite B) contre le paludisme, les maladies respiratoires, dans le cas de dysenterie, de troubles digestifs, maladies de peau, comme savon et dentifrice.

Le NEEM : un merveilleux insecticide 100% naturel, inoffensif pour l’homme et les animaux, actif contre plus de 200 insectes (même les acridiens : sauterelles etc.…), les acariens, nématodes, les champignons et les bactéries.Ses principes actifs (azadirachtine etc.…) agissent en produisant des troubles dans l’alimentation de l’insecte et intervenant sur son cycle hormonal, provoquant des malformations dans le processus de mue, empêchant son développement normal et sa croissance.

En plus, l’huile de Neem diluée à 2% dans l’huile de Coco et mise sur les parties exposées du corps montre d’excellentes propriétés répulsives contre les moustiques. Brûlée à 1 % dans des lampes à kérosène elle évite l’entrée des moustiques dans les habitations durant la nuit

Par ailleurs, le Neem est très efficace contre le paludisme, réduit non seulement la concentration du plasmodium dans le sang, mais également des gamétocytes, inhibant ainsi la transmission de l’homme au moustique.

Dans nos pays, l’huile de Neem entre dans de nombreux produits cosmétiques, et on la retrouve dans la plupart des dentrifrices.

L’idée fondatrice du projet est de contribuer au développement local des communautés de jeunes et de femmes grâce à la valorisation de produits issus du « Neem » et de l’horticulture.

Le projet favorisera la reforestation de zones semi-arides avec une espèce utile et participera par ce biais à la fixation du carbone, à la stabilisation du climat et la lutte contre la désertification.

Pour ce projet IFBV travaillera en collaboration avec la Chambre d’Agriculture, Co-Labor, le Kraidergaart de Winseler, le Lycée Technique Agricole (Isabelle Jacobs),  la Maison de l’Eau de Attert et les municipalités affiliées.

Nous travaillons également avec des partenaires belges (ACPhytoconsult, Maisha) et français (ASP)..

Le Laboratoire Biologie Moléculaire et Chimie du Cancer du Kirchberg (Dr Marc Diederich) suivra le projet pour les aspects santé.

Pour plus de renseignements : lutgenp@gms.lu


[1] Tamba I : étude de la filière horticole ACP, 2007.

Arcelormittal, IFBV, Senegal

décembre 12, 2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lutte contre la malaria : un grand sidérurgiste et une petite ONG se donnent la main.

 

Ce premier juin 2008 ArcelorMittalFoundation et Iwerliewen fir bedreete Volleker(IFBV) ont signé un contrat de collaboration mettant en œuvre au Sénégal  une méthode préventive et une méthode curative contre le fléau de la malaria. La fumigation intérieure des habitations au DDT et la tisane chinoise artemisia annua

 

Arcelor Mittal construira une ligne de chemin de fer au Sénégal pour l’exploitation de mines de fer dans le Sud-Est du pays. Le projet signé avec IFBV doit permettre dans l’immédiat aux ouvriers travaillant sur le chantier de ne pas tomber victimes du paludisme et à plus longue échéance à la population de toute cette région d’améliorer ses conditions de vie.

 

Car contre la malaria il y a remède très efficace : une plante, une mauvaise herbe de la famille des armoises (Beifuss en allemand, Batteralzem en luxembourgeois). Les Chinois connaissent cette plante depuis des millénaires pour son efficacité contre les fièvres. En 1970 des savants confirmèrent que cette plante guérit également de la malaria. Une des substances actives de la plante, un peroxyde appelé artemisinine, a pu être isolée et est utilisée à grande échelle par les sociétés pharmaceutiques pour les pilules ACT (Artemisia Combined Therapy).

 

Des études ont entre-temps montré que sous forme de tisane cette plante est également très efficace contre la malaria et qu’elle agit dix fois plus vite que les remèdes classiques dérivés de la quinine. Après avoir consommé cette tisane de façon régulière pendant 3-5 jours plus de 90% des malades sont guéris. Aucun effet toxique, aucune accoutumance n’a pu être détectée à ce jour, ce qui n’est pas le cas pour certains produits pharmaceutiques.

 

Ce qui est primordial en fait est la facilité avec laquelle ce remède peut être rendu accessible à tout le monde, pauvres et riches. La plante pousse sous tous les climats, dans tous les jardins. Un remède gratuit, une aubaine, pour le continent africain, où deux millions de personnes, surtout des enfants, meurent tous les ans de la malaria et où des centaines de millions de personnes sont affligés de cette maladie tous les ans. Un désastre humain et économique.

 

D’autres partenaires luxembourgeois dans ce projet sont ALASSEM (Association luxembourgeoise d’aide au Sénégal scolaire et médical), le Rotary Luxembourg-Vallées, Co-Labor et le Kraidergaart Winseler pour les essais de plantation. Les plantations luxembourgeoises ont permis de fournir des échantillons de tisane aux centres médicaux locaux pour des essais, mais le but ultime est évidemment que les Africains plantent l’artemisia annua en régie propre. Au Katanga, au Cameroun et au Pérou des associations de culture et de vente de tisane ont été lancés en 2007 avec l’aide de  IFBV. L’ONG travaille également avec les Universités de Medellin, de Campinas-Brésil  et de Louvain pour améliorer les plantes,  mieux les adapter aux différents climats et établir des procédures de préparation de la tisane.

 

Arcelor Mittal Foundation et IFBV soutiennent également une approche préventive qui est essentielle dans cette lutte, le programme DDT-IRS (Indoor Residual Spraying). Depuis 2006 l’OMS recommande fortement cette approche, reconnaissant par là que le DDT est une substance anodine pour la santé humaine. Il exerce une double action contre les moustiques: répulsive, les moustique n’entrent pas dans les maisons et létale, ceux qui se posent sur les murs sont tués. Il suffit de mettre quelques grammes de DDT une à deux fois par année sur les murs. Avec 2 euros on peut protéger toute une famille pendant une année. En Afrique du Sud où un tel programme a été mis en place en 2002, le nombre de décès dus au paludisme  a été réduit de 80%. Le député-maire de Yaoundé VII est venu récemment à Luxembourg pour demander l’aide des experts de IFBV pour mettre en œuvre un tel plan DDT-IRS de 140 000 € financé par le Ministère de la Santé du Cameroun.

 

Le projet ArcelorMittalFoundation-IFBV comprend  en plus un volet de lutte contre les maladies dues aux eaux contaminées. Dans six projets pilotes réalisés par IFBV dans des pays du Sud la méthode SODIS a clairement fait ses preuves. Une bouteille contenant de l’eau contaminée et mise au soleil pendant la journée contient de l’eau stérilisée le soir. Mais les chercheurs de IFBV viennent également de découvrir que la tisane d’artemisia annua a un fort effet ansti-septique et bactéricide, Une tasse de tisane dans un litre d’eau rend cette eau potable.  Quel immense espoir pour les 20 000 enfants africains qui meurent tous les jours de diarrhée ou de cholera.

 Plus de renseignements sous http://www.maladiestropicales.org

IFBV, ArcelorMittal, Senegal

juin 21, 2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lutte contre la malaria : un grand sidérurgiste et une petite ONG se donnent la main.

 

Ce premier juin 2008 ArcelorMittalFoundation et Iwerliewen fir bedreete Volleker(IFBV) ont signé un contrat de collaboration mettant en œuvre au Sénégal  une méthode préventive et une méthode curative contre le fléau de la malaria. La fumigation intérieure des habitations au DDT et la tisane chinoise artemisia annua

 

Arcelor Mittal construira une ligne de chemin de fer au Sénégal pour l’exploitation de mines de fer dans le Sud-Est du pays. Le projet signé avec IFBV doit permettre dans l’immédiat aux ouvriers travaillant sur le chantier de ne pas tomber victimes du paludisme et à plus longue échéance à la population de toute cette région d’améliorer ses conditions de vie.

 

Car contre la malaria il y a remède très efficace : une plante, une mauvaise herbe de la famille des armoises (Beifuss en allemand, Batteralzem en luxembourgeois). Les Chinois connaissent cette plante depuis des millénaires pour son efficacité contre les fièvres. En 1970 des savants confirmèrent que cette plante guérit également de la malaria. Une des substances actives de la plante, un peroxyde appelé artemisinine, a pu être isolée et est utilisée à grande échelle par les sociétés pharmaceutiques pour les pilules ACT (Artemisia Combined Therapy).

 

Des études ont entre-temps montré que sous forme de tisane cette plante est également très efficace contre la malaria et qu’elle agit dix fois plus vite que les remèdes classiques dérivés de la quinine. Après avoir consommé cette tisane de façon régulière pendant 3-5 jours plus de 90% des malades sont guéris. Aucun effet toxique, aucune accoutumance n’a pu être détectée à ce jour, ce qui n’est pas le cas pour certains produits pharmaceutiques.

 

Ce qui est primordial en fait est la facilité avec laquelle ce remède peut être rendu accessible à tout le monde, pauvres et riches. La plante pousse sous tous les climats, dans tous les jardins. Un remède gratuit, une aubaine, pour le continent africain, où deux millions de personnes, surtout des enfants, meurent tous les ans de la malaria et où des centaines de millions de personnes sont affligés de cette maladie tous les ans. Un désastre humain et économique.

 

D’autres partenaires luxembourgeois dans ce projet sont ALASSEM (Association luxembourgeoise d’aide au Sénégal scolaire et médical), le Rotary Luxembourg-Vallées, Co-Labor et le Kraidergaart Winseler pour les essais de plantation. Les plantations luxembourgeoises ont permis de fournir des échantillons de tisane aux centres médicaux locaux pour des essais, mais le but ultime est évidemment que les Africains plantent l’artemisia annua en régie propre. Au Katanga, au Cameroun et au Pérou des associations de culture et de vente de tisane ont été lancés en 2007 avec l’aide de  IFBV. L’ONG travaille également avec les Universités de Medellin, de Campinas-Brésil  et de Louvain pour améliorer les plantes,  mieux les adapter aux différents climats et établir des procédures de préparation de la tisane.

 

Arcelor Mittal Foundation et IFBV soutiennent également une approche préventive qui est essentielle dans cette lutte, le programme DDT-IRS (Indoor Residual Spraying). Depuis 2006 l’OMS recommande fortement cette approche, reconnaissant par là que le DDT est une substance anodine pour la santé humaine. Il exerce une double action contre les moustiques: répulsive, les moustique n’entrent pas dans les maisons et létale, ceux qui se posent sur les murs sont tués. Il suffit de mettre quelques grammes de DDT une à deux fois par année sur les murs. Avec 2 euros on peut protéger toute une famille pendant une année. En Afrique du Sud où un tel programme a été mis en place en 2002, le nombre de décès dus au paludisme  a été réduit de 80%. Le député-maire de Yaoundé VII est venu récemment à Luxembourg pour demander l’aide des experts de IFBV pour mettre en œuvre un tel plan DDT-IRS de 140 000 € financé par le Ministère de la Santé du Cameroun.

 

Le projet ArcelorMittalFoundation-IFBV comprend  en plus un volet de lutte contre les maladies dues aux eaux contaminées. Dans six projets pilotes réalisés par IFBV dans des pays du Sud la méthode SODIS a clairement fait ses preuves. Une bouteille contenant de l’eau contaminée et mise au soleil pendant la journée contient de l’eau stérilisée le soir. Mais les chercheurs de IFBV viennent également de découvrir que la tisane d’artemisia annua a un fort effet ansti-septique et bactéricide, Une tasse de tisane dans un litre d’eau rend cette eau potable.  Quel immense espoir pour les 20 000 enfants africains qui meurent tous les jours de diarrhée ou de cholera.

 Plus de renseignements sous http://www.maladiestropicales.org

Iwerliewen fir bedreete Volleker. Qui sommes nous?

octobre 1, 2007

Une ONG luxembourgeoise vieille de plus de 20 ans et gérant des projets de développement ou de sensibilisation dans de nombreux pays : Colombie, Pérou, Chili, Brésil, Bolivie, Cameroun, Inde, Congo, Palestine….

Nos actions se concentrent actuellement sur des techniques permettant d’apporter de l’eau propre aux populations démunies et dans la lutte contre la malaria (DDT, tisane d’artemisia). Ces actions essayent d’impliquer la jeunesse parce que c’est d’elle que peuvent venir les changements de société

Le but est toujours de permettre à ces populations de s’en sortir par leurs propres moyens grâce à l’aide technique ou éducative que nous leurs apportons temporairement

 

Nos coordonnées

IfbV, 2 rue Louis 14 . L-1948 Luxembourg

Tel 00352 262 58 687 fax 262 58 688 ifbv@pt.lu

CCPL LULL IBAN LU 17 1111 0748 6477 0000 

Editeur de ce site : lutgenp@gms.lu